Passer au contenu

/ Direction de la prévention et de la sécurité

Rechercher

Exigences opérationnelles

Afin d’être conforme aux exigences opérationnelles, un laboratoire doit respecter certains points quant :

À la réalisation d’une évaluation des risques :

  • La réalisation d’une évaluation locale des risques est primordiale puisqu’elle permettra de déterminer, en fonction du risque réel, quels sont les équipements essentiels à la biosécurité qui devront être utilisés lors de la manipulation des micro-organismes et quelles sont les procédures qui devront être mises en place afin de diminuer le risque d’exposition à la matière dangereuse.    Un document d’analyse de risque est disponible sur demande auprès du responsable de la biosécurité.

À la gestion de la biosécurité :

Procédures de laboratoire

  • Il est important de mettre en place des pratiques de gestion de la biosécurité dans le laboratoire. Cette gestion peut se traduire par la consignation dans un manuel de biosécurité  des procédures du laboratoire limitant le risque relié aux protocoles et/ou procédures développées ainsi qu’à la bonne gestion des déchets qui résultent des manipulations.   On pourrait aussi y inclure une procédure d’entrée/sortie de la zone de confinement, si cela s’appliquait.  Une procédure concernant les EPI devrait y être incorporée.  Ces derniers devraient  être disponibles, accessibles et utilisés.  Au besoin, une procédure sur l’utilisation de certains EPI devrait aussi figurer dans le manuel, notons par exemple celle portant sur le port des masques N95 et sur l’exigence de réaliser un test d’ajustement.

Manuel de biosécurité

  • Le manuel de biosécurité doit être accessible et devrait être consulté par l’ensemble du personnel.  Ce manuel doit refléter la réalité du laboratoire.  Un document général est à la disposition de chaque laboratoire afin qu’il soit bonifié en y ajoutant les procédures pertinentes. 

Registre de formation

  • Un registre, doit être maintenu.  Ce dernier doit répertorier toutes les formations pertinentes suivies par les étudiants et employés.  Celles-ci peuvent être spécifiques à la biosécurité, relatives à l'expérimentation ou à de l'équipement. 

Registre d'acquisition et transfert

  • Pour les laboratoires qui importent, exportent ou font l’acquisition par transfert de matériel biologique, un registre d’importation et/ou de transfert doit être maintenu au laboratoire.

Inventaire

  • Un inventaire du matériel biologique doit être réalisé et tenu à jour.  

Inspection et entretien des équipements

  • Un registre d’inspection périodique de la zone de confinement ainsi qu’un registre d’entretien, de réparation, d’inspection etc. de l’équipement essentiel à la biosécurité doit être réalisé et maintenu à jour.

Gestion des déchets

  • Une procédure de gestion des déchets spécifique à chaque laboratoire doit être mise en place en fonction des déchets générés.  Il est important de préciser quel processus de décontamination sera utilisé : chimique, physique par le biais de l’autoclave, ou incinération. La décontamination chimique doit préciser le type de décontaminant, le temps de contact et la concentration.  Les déchets contaminés ne pouvant être décontaminés par un produit chimique devront être acheminés à l‘autoclave pour la décontamination ou expédiés chez un fournisseur de service pour l’incinération.

À la surveillance médicale :

  • Pour les laboratoires travaillant avec un micro-organisme responsable de maladie chez l’homme, un document d’information doit être accessible aux personnes concernées.  Des renseignements sur le mode de transmission et les signes cliniques de la maladie devraient y figurer.  Le personnel travaillant avec ce genre de micro-organismes devraient recevoir une carte de contact médical.  Cette carte est un outil d’information à l’intention du personnel du système de santé, pour faciliter la prise en charge advenant une infection acquise en laboratoire. En collaboration avec les administrateurs du programme de santé de l’Université, une carte de contact médical serait remise au personnel de laboratoire travaillant avec des souches pathogènes responsable de maladie.