Passer au contenu

/ Direction de la prévention et de la sécurité

Rechercher

Manipulation

Il est essentiel de réaliser que l’utilisation de matières dangereuses (chimiques, biologiques ou radioactives) implique des précautions particulières de manipulation et de protection. Le port d’équipements de protection personnelle (EPP) est requis lors de la manipulation de produits chimiques : lunettes, sarraus, souliers fermés, gants. La procédure appliquée PA-118 présente en détails les EPP auxquels le personnel de recherche devrait avoir accès. Un élément de l’organisme souvent oublié lors de manipulations de produits chimiques, est notre système respiratoire. C’est pourquoi les manipulations impliquant des solvants, des produits volatils, des acides et des bases devraient s’effectuer sous une hotte chimique. Il convient donc s’assurer du bon fonctionnement de sa hotte de travail en plaçant un bout de papier en bas de la fenêtre de la hotte complètement abaissée. Lors d’une ventilation adéquate le papier doit être attiré vers l’intérieur. Dans des situations plus particulières les masques respiratoires assurent une protection contre les vapeurs organiques, les aérosols ou encore les particules. Les procédures PA-130et PA-131 fournissent des informations pour ce type de protection.

En plus, de la consultation des fiches signalétiques et les EPP, la manipulation de substances réactives (azotures, composés diazo, nitrates, peroxydes, perchlorates…) nécessite des précautions supplémentaires. Ainsi, les expériences impliquant ce type de composés devraient être réalisées dans un premier temps sur petite échelle. Après familiarisation avec le protocole expérimental, l’échelle de travail pourrait être augmentée. Lors de la manipulation d’agents potentiellement explosifs il conviendrait d’en informer le superviseur ainsi que les membres du laboratoire. Les laboratoires de recherche les plus à risque sont certainement ceux de synthèse organique qui renferment des produits réactifs en tout genre. Néanmoins, en connaissant les propriétés des composés et la façon dont ils réagissent on peut facilement prendre les précautions nécessaires ou trouver des alternatives, que cela soit au niveau des réactifs que de la réaction utilisée. L’encyclopédie des réactifs de synthèse organique, e-EROS, est une excellente source d’information sur les propriétés de produits chimiques commerciaux ou de synthèse. Cette encyclopédie est évidemment complémentaire aux FS dans le cas de produits commerciaux, mais d’une aide  précieuse pour les composés de synthèse. L’encyclopédie  e-EROS (John Wiley & Sons®) est disponible en ligne.

Il n’est cependant pas toujours facile pour l’étudiant débutant ou expérimenté de maîtriser les techniques de laboratoires rattachées à la manipulation de matières dangereuses. Afin de démystifier certains protocoles expérimentaux et pratiques des laboratoires de recherche en chimie organique, les étudiants pourront trouver de l’information pertinente sur le site «Not Voodoo » (par Allison Frontier®)

La manipulation de produit chimique implique un aspect sécuritaire lié à ses propriétés mais également un impact environnemental. Dans la plupart des réactions ou procédés chimiques, qu’il s’agisse de réactifs de départ en excès ou encore des sous-produits résiduels, la nature des déchets générés doit être prise en considération. En effet, la toxicité de ces déchets peut nécessiter la prise en charge de mesures particulières coûteuses pour leur destruction. Afin de réduire la production de déchets dangereux, les coûts associés, et surtout limiter notre impact environnemental lors d’activités de recherche, le MIT a développé un logiciel «Green Chemical Purchasing Wizard» très utile, proposant des alternatives respectueuses de l’environnement pour des procédés ou réactifs réputés comme étant toxiques et dangereux. Vous trouverez l’information et le logiciel en question sur le site «Green Chemical Purchasing Wizard » (MIT®

Les activités de recherche nécessitent fréquemment la mise en place de montages expérimentaux qui seront laissés sans surveillance au cours de la nuit, pour être traitées le lendemain matin. Bien que ses pratiques soient fortement déconseillées surtout lors de l’utilisation de produits réactifs ou inflammables, elles font partie de la culture de la recherche universitaire.  Il est donc important que le personnel du laboratoire ou du groupe de recherche soient informés lorsque ce type d’expérience est en cours. La DPS-SST met à disposition du personnel, un formulaire à remplir et à afficher de façon visible à proximité du montage laissé sans surveillance.   

Autre pratique répandue en recherche universitaire et encore plus à risque, est le travail seul en laboratoire. Pour des raisons de sécurité, le manque de ressources en cas d’incident, le travail en solitaire est fortement déconseillé. Qu’il soit effectué pendant ou en dehors des heures de travail normales il doit être approuvé par les personnes responsables et doit comporter un faible niveau de risque. Un formulaire de la DPS-SST est également disponible afin de signaler tout travail seul en laboratoire. La mise en place d’un programme de surveillance pour ce type de pratique est en cours, pour le moment le formulaire peut être apposé sur la porte de laboratoire.