Passer au contenu

/ Direction de la prévention et de la sécurité

Rechercher

Confort et contraintes thermiques

L’exposition à la chaleur, particulièrement en période de canicule, peut créer des situations inconfortables et causer certains malaises pouvant être de bénins à très sérieux et dans certains cas susceptibles d’entraîner la mort. Comment faire l’analyse de la situation dans son lieu de travail ?

Tout d’abord, la sensation de chaleur dépend de plusieurs facteurs: la température de l’air, l’humidité relative de l’air, la présence de sources de chaleur (ensoleillement direct, équipements), les mouvements de l’air (aération, ventilation), le niveau d’effort physique et le type de vêtements.  Des facteurs individuels peuvent aussi influer sur la tolérance à la chaleur tels que l’alimentation, l’état de santé et la prise de certains médicaments.

Indice humidex et travail

L’indice humidex est destiné au public en général et exprime la chaleur ressentie en combinant la température et l’humidité. Puisqu’il n’intègre pas l’ensemble des facteurs mentionnés ci-dessus, on ne peut l’utiliser directement en milieu de travail. On peut s’en servir comme d’un signal pour qu’il y ait une évaluation plus précise des conditions du lieu de travail.

Le service météorologique d’Environnement Canada décrit le degré de confort à partir des plages d’humidex comme suit :

Plage d'humidexDegré de confort
20-29Aucun inconfort
30-39Un certain inconfort
40-45Beaucoup d'inconfort
Éviter les efforts
Au-dessus de 45Danger
Au-dessus de 54Coup de chaleur imminent

Indice WBGT

Pour prendre en considération l’ensemble des facteurs énumérés précédemment, il faut employer la méthode officielle de mesure pour l’exposition à la chaleur en milieu de travail, soit l’indice WBGT ou « indicateur de stress thermique» . Cette méthode donne un résultat qui se rapproche de la réponse du corps humain face à la chaleur. On peut comparer les données obtenues directement avec la réglementation québécoise, qui prévoit des limites d’exposition à la chaleur et une répartition du travail dans un cycle de travail et repos en fonction de l’activité physique (Règlement sur la santé et la sécurité du travail, annexe V) . Ces valeurs limites ont pour but de prévenir les problèmes de santé et non l’inconfort thermique des occupants.

La Division santé et sécurité au travail possède l’instrumentation adéquate pour réaliser ce type d’évaluation dans votre environnement de travail.

Optimisation du confort

Les mesures suivantes peuvent favoriser une réduction du risque relatif à la chaleur et optimiser le confort des occupants :

  • porter des vêtements légers, de couleur claire, qui permettent l’évacuation de la chaleur (par exemple en coton);
  • éviter les efforts physiques ; adapter son rythme de travail;
  • rechercher un endroit frais où prendre les pauses;
  • dans certains cas, augmenter la durée et la fréquence des pauses
  • favoriser les mouvements d’air avec des ventilateurs d’appoint si la température de l’air ambiant est plus élevée que celle de la peau (37 °C);
  • limiter l’ensoleillement direct avec des rideaux;
  • boire de l’eau régulièrement (250 ml toutes les 20 minutes); ne pas attendre d’avoir soif;
  • éviter l’alcool et la caféine qui contribuent à la déshydratation;
  • se couvrir la tête à l’extérieur;
  • redoubler de prudence avec les gens qui souffrent d’une maladie chronique ou qui prennent des médicaments.