Passer au contenu

/ Direction de la prévention et de la sécurité

Je donne

Rechercher

Amiante

Pour voir ou revoir le webinaire du 22 novembre 2021 sur le thème de l'amiante:

La gestion sécuritaire de l'amiante à l'UdeM

Le parc immobilier de l’Université de Montréal comprend plus de 65 immeubles, dont une importante partie a été construite entre 1930 et 1980, alors que l’amiante était largement utilisé en construction et dans une grande variété de matériaux.

Au cours des dernières décennies, des normes nationales ont été mises en place en vue de protéger et d’assurer la santé et la sécurité des personnes qui travaillent dans des bâtiments où de l’amiante est présent.

Depuis que les effets de l’amiante sur la santé humaine ont été documentés et reconnus dans les années 90, l’Université a pris des mesures strictes pour s’assurer de la santé et de la sécurité de ses étudiants et étudiantes, et des membres du personnel.

Un registre de l’amiante a été établi par l’UdeM et est accessible, sur demande, pour consultation. Aussi, un programme de gestion de l'amiante dans les bâtiments des campus a été mis en place et des procédures de travail ont été définies pour les activités comportant un risque d’exposition à ce matériau.

L’Université a depuis plusieurs années un protocole bien établi de gestion des matériaux susceptibles de contenir de l’amiante et se conforme aux dispositions règlementaires en vigueur relatives à la gestion sécuritaire de l’amiante au Québec.

La présente page s’adresse à toute la communauté de l’UdeM.

Obligations de l’employeur

Conformément aux dispositions règlementaires en vigueur relatives à la gestion sécuritaire de l’amiante au Québec (inspections, plan de gestion, registre), l’Université de Montréal répond aux obligations exigées de tout employeur. Ainsi, les employeurs doivent 

  • localiser les flocages et les calorifuges dans certains bâtiments selon l’année de construction;
  • vérifier la présence d’amiante dans les matériaux et produits susceptibles d’en contenir avant que soient effectués des travaux pouvant émettre des poussières de cette substance;
  • apporter des mesures correctives aux flocages, aux calorifuges et aux revêtements intérieurs susceptibles de contenir de l’amiante en perte d’intégrité;
  • enregistrer et permettre la consultation des informations sur les matières contenant de l’amiante dans les bâtiments.

En procédant de la sorte, l’Université satisfait à la première obligation de tout employeur, inscrite dans la Loi sur la santé et la sécurité du travail : fournir un environnement de travail sécuritaire à son personnel.

Foire aux questions

Questions générales

L’amiante représente-t-il un danger?

Selon le Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail, l’amiante représente un risque pour la santé humaine uniquement lorsque des fibres sont en suspension dans l’air et que les gens les respirent. La détérioration des matériaux amiantés et leur manipulation lors de travaux de réfection sont les deux principales causes de propagation aérienne de fibres d’amiante. Dans le cas de matériaux non friables, tels les produits en amiante-ciment, ils libèrent des fibres seulement s’ils sont détériorés par le feu ou lors de travaux de rénovation. Les matériaux contenant de l’amiante, s’ils sont en bon état ou scellés, ne libèrent pas de fibres dans l’air et ne présentent pas de risques pour la santé humaine.

 

Y a-t-il de l’amiante dans les bâtiments de l’Université?

Oui. La plupart des bâtiments de nos campus qui ont été construits entre 1930 et 1980 contiennent de l’amiante, comme c’est souvent le cas au Québec s’agissant de constructions institutionnelles. L’amiante se trouve principalement dans les salles mécaniques de nos systèmes de chauffage sous forme de calorifuge, dans les carreaux d’insonorisation des plafonds, dans les carreaux composites pour plancher et dans la composition de certains plâtres et fibrociments. Depuis les années 90, l’amiante est progressivement retiré de nos installations à la faveur des travaux de réfection.

Que fait l’UdeM pour assurer la sécurité de sa communauté?

L’Université de Montréal prend au sérieux les enjeux relatifs à l’exposition à l’amiante. C’est pourquoi des procédures strictes ont été mises en place aussi bien pour l’entretien de matériaux amiantés que pour les opérations de désamiantage menées dans le cadre de travaux de réfection. Si des risques d’exposition sont relevés, nous nous assurons de prendre les mesures qui s’imposent, en suivant les dispositions règlementaires en vigueur quant à la gestion sécuritaire de l’amiante au Québec.

Est-ce que l'Université possède une cartographie de la présence d'amiante sur le campus?

Oui. L’Université de Montréal a dressé et tient à jour un registre des matériaux susceptibles de contenir de l’amiante pour tous les pavillons de ses campus, conformément aux dispositions règlementaires en vigueur relatives à la gestion sécuritaire de l’amiante au Québec. La Division santé et sécurité au travail (SST) possède ces registres et les mets à jour. 

Les immeubles de l’UdeM qui renferment de l’amiante ou des matériaux susceptibles d’en contenir font-ils l’objet d’une surveillance particulière?

Oui, tous les immeubles dont l’UdeM est propriétaire et qui renferment de l’amiante ou des matériaux susceptibles d’en contenir font l’objet d’une surveillance. Lorsque nous constatons des signes de détérioration dans un matériau amianté, nous le scellons ou le remplaçons.

Qu’en est-il des immeubles loués par l’Université?

Des 19 immeubles loués par l’Université, seuls 11 sont fréquentés régulièrement par des membres de la communauté et plus de la moitié de ces édifices ne contiennent pas d’amiante ou ont fait l’objet de rénovations majeures ces dernières années : en raison des changements règlementaires apportés dans les années 90, il est peu probable de trouver de l’amiante dans la grande majorité des immeubles construits ou rénovés depuis au Québec. Dans tous les cas, l’Université demeure, en sa qualité d’employeur, responsable d’assurer la santé et la sécurité de son personnel et, à ce titre, elle doit veiller, conjointement avec ses locateurs, à ce que l’amiante soit adéquatement géré.

L’Université a-t-elle un plan de gestion de l’amiante?

Oui. Outre les mesures énumérées plus haut, ce plan est assorti de registres comprenant des renseignements sur l’emplacement et l’état de l’amiante qui se trouve dans chaque immeuble.

Les registres sont-ils accessibles aux membres du personnel?

Oui, pour consultation seulement. Si vous désirez obtenir de l’information sur les registres, remplissez le formulaire Demande de consultation du registre sur les matériaux contenant de l'amiante. Un membre de l’équipe de la Division santé et sécurité au travail (SST) communiquera avec vous.

 

Y a-t-il une échéance en vue du retrait définitif de l’amiante de nos campus ?

Comme la plupart des propriétaires d’immeubles qui contiennent des matériaux susceptibles de contenir de l’amiante, l’Université de Montréal procède à l’enlèvement de ces matériaux lorsqu’il y a des travaux. Par exemple, dans les grands travaux de rénovation à venir dans les pavillons Roger-Gaudry et Marie-Victorin, tous les espaces réaménagés seront désamiantés. Cependant, lorsque les matériaux susceptibles de contenir de l’amiante sont en bon état et isolés, dans des zones qui ne font pas l’objet de travaux, ils sont laissés en place, avec une gestion attentive et une surveillance. 

Quelqu’un est venu dans mon bureau prendre des photos et des prélèvements de matériaux, dois-je m’inquiéter?

Non. Dans le cadre de la mise à jour du registre des matériaux susceptibles de contenir de l’amiante, l’Université doit procéder à des inspections régulières de ses installations. Une inspection et un échantillonnage de ces matériaux dans des zones représentatives de certains pavillons de l’UdeM seront donc réalisés au cours de l’automne 2022 et de l’année 2023 afin de respecter les exigences de la Loi sur la santé et la sécurité du travail.

L’inspection consiste à faire des relevés photographiques des lieux et des locaux devant être mis à jour selon le registre. Lorsque cela est requis, les équipes procéderont à un échantillonnage de matériaux.  

Ces interventions ne présentent aucun danger pour la santé des usagers et des usagères. 

Environnement de travail immédiat

Je suis membre du personnel de l’UdeM et je m’inquiète de l’éventuelle présence d’amiante sur mon lieu de travail. Comment pouvez-vous me garantir que je suis en sécurité?

Sachez tout d’abord que, tant qu’ils sont en bon état ou correctement scellés, les matériaux amiantés ne présentent pas de risques pour la santé. Depuis les années 90, nous échantillonnons les matériaux susceptibles de contenir de l’amiante et nous mettons en œuvre les mesures correctives ou de mitigation nécessaires. En outre, nous nous livrons à des opérations de désamiantage lors de travaux de rénovation en respectant les normes les plus élevées (voir la section suivante). Les campus de l’UdeM sont sécuritaires et c’est vrai de tous nos pavillons.

La qualité de l’air dans mon environnement de travail me préoccupe en raison des carreaux d’insonorisation au plafond de mon bureau. Comment garantissez-vous que la qualité de l’air est adéquate?

Les carreaux d’insonorisation ne contiennent pas tous de l’amiante : les carreaux installés au cours des dernières années n’en contiennent pas du tout et même ceux qui ont de l’âge n’en contiennent pas nécessairement. Comme pour tout autre matériau, les carreaux d’insonorisation constitués d’amiante, s’ils sont en bon état, ne présentent pas de risques pour la santé. Les tests de qualité de l’air sont réalisés lorsque la situation le requiert, particulièrement aux abords des chantiers de construction, lors de dégâts occasionnés par des infiltrations d’eau ou lorsque des résidus d’amiante sont trouvés.Les carreaux sont remplacés quand ils présentent des signes de détérioration : si vous observez des signes de détérioration des carreaux d’insonorisation de votre bureau, n’hésitez pas à le signaler à la Direction des immeubles au poste 2222.

J’ai travaillé ou travaille présentement à l’Université de Montréal et voudrais savoir s’il y a présence de matériaux susceptible de contenir de l’amiante dans mon espace de travail?

Les personnes qui ont des questions spécifiques liées à leur situation sont invitées à remplir une Demande d’accès aux registres d’amiante en ligne, sur le site de la DPS. Un membre de l’équipe de la Division santé et sécurité au travail (SST) communiquera avec elles. 

À qui un employé ou un travailleur peut-il s’adresser s’il se questionne sur l’état d’un revêtement ou d’un matériau par exemple?

Les personnes qui observent des signes de détérioration d’un matériau ou qui se questionnent sur son état peuvent s’adresser directement à la Direction des immeubles au poste 2222.  

Travaux de réfection et désamiantage

Les membres du personnel sont-ils exposés à l’amiante lors des travaux de rénovation du campus?

Non. Toutes les mesures sont mises en place afin que les usagères et usagers des lieux ne soient pas exposés à l’amiante durant les travaux et il n’y a donc pas de risques d’exposition à l’amiante lorsque des travaux sont réalisés dans les bâtiments de l’Université.

Quelles sont ces mesures?

Avant chaque chantier, le registre sur l’emplacement et l’état de l’amiante dans nos bâtiments est consulté par le gestionnaire de projet, qui vérifie s’il y a présence d’amiante et, le cas échéant, veille à l’application des procédures requises. Durant les travaux, la poussière est récupérée et, selon la nature des travaux, des tests d’air sont effectués pendant et après les travaux pour vérifier que la concentration de fibres d’amiante dans l’air répond à la règlementation québécoise en vigueur. Pour empêcher toute propagation de poussières vers les lieux ou les locaux adjacents, diverses mesures peuvent être prises, selon le cas : installation d’enceintes de protection, utilisation d’outils avec captation à la source ou encore recours à une ventilation à pression négative.

Les immeubles faisant l’objet de travaux sont-ils inspectés avant le début des interventions?

Oui. Selon la catégorie de travaux à effectuer dans un milieu amianté, des inspections par des professionnels qualifiés sont faites et des procédures strictes doivent être suivies pour la bonne gestion du projet.

Qui est chargé de superviser les opérations de désamiantage?

Pour des travaux de rénovation, de démolition ou de construction impliquant des matériaux susceptibles de contenir de l’amiante, un expert externe spécialisé en gestion de l’amiante est embauché. Dans le cadre de travaux de moindre envergure impliquant des matériaux susceptibles de contenir de l’amiante, les membres du personnel de la Direction des immeubles formés à la gestion sécuritaire de l’amiante s’occupent des travaux en suivant les procédures de travail selon la règlementation en vigueur.

Dans le cadre de la réaffectation des espaces, est-ce que des travaux de désamiantage seront effectués? Si oui, dans quels pavillons?

Oui, il y aura du désamiantage dans les deux pavillons visés par le projet de réaffectation des espaces, soit le pavillon Marie-Victorin et le pavillon Roger-Gaudry. Tous les travaux de désamiantage sont supervisés par un expert externe spécialisé en gestion de l’amiante et sont conduits selon la règlementation en vigueur au Québec.

Est-ce que les occupants de ces pavillons seront informés de la tenue des travaux de désamiantage?

Oui. Les occupants des bâtiments visés par le projet de réaffectation des espaces seront avisés avant le début des travaux et tenus informés tout au long du chantier, soit au cours de rencontres d’information, soit par courriel, des mesures de mitigation les concernant directement et de celles mises en place afin d’assurer une gestion sécuritaire des lieux. Il y aura également création de comités d’usagers composés de représentants et représentantes des unités touchées par les travaux : ces comités se réuniront périodiquement pour partager l’information et répondre aux préoccupations des occupants. Un site Web est aussi en préparation pour tenir la communauté universitaire renseignée sur les avancées de ce projet.

Est-ce qu’un représentant de l’Université est présent lors d’une visite de la CNESST sur le campus?

Oui. Lorsque la CNESST prévoit se rendre sur un chantier de l’Université de Montréal, elle prévient la DPS-SST qui délègue un représentant qui sera présent sur le site et qui assistera aux discussions. Dans le cadre de grands chantiers, des spécialistes en santé et en sécurité sont embauchés et servent de représentant de l’Université auprès de la CNESST. La DPS-SST est toujours avisée de la présence de CNESST et s’occupe d’effectuer les suivis nécessaires.